15/06/2008

L'égoïsme n'est jamais reconnaissant

"L'égoïsme n'est jamais reconnaissant ; il écrit à l'encre le mal qu'on lui cause, et au crayon le bien qu'on lui fait." (Louis-Philippe de Ségur)

Folon-17

Commentaires

définition trés logique marquée par un fond philosophique trés simple qui fait remarquer que l'égoisme (ou l'égoiste) profite au maximum du temps engagé vers ses intérêts sans s'y prêter aux autres.

Écrit par : rachid | 21/01/2009

Répondre à ce commentaire

"Ne pense pas qu'à ta tete il y en a 6,5milliards à coté" L'égoisme est humain,méchant mais humain.
Quoi que l'on enpense,il fait partie de notre vie.
Voilà pourquoi on se fait beaucoup d'ennemis peu d'amis
Trop gentils ou au contraire trop possessifs personne n'est parfait
Se regarder est la meilleure façon de se juger par rapport aux autres.
Pourquoi juger les autres alors qu'on est nous meme remplis de tors"

Écrit par : lea | 06/07/2009

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas grave d'être égoiste, du moment qu'on le reconnait; le pire donc, est de se fourvoyer au point de ne pas se rendre compte ô combien nous sommes animés d'égoisme; le pire n'est pas l'égoisme, mais le comble de l'égoisme, c'est à dire l'égoisme déguisé sous des airs d'altruisme.

Par exemple, nous prétendons que nous voulons dorénavant être bien intentionnés vis à vis de la planète, la respecter... erreur, nous nous organisons pour perdurer parce que notre intelligence nous fait savoir que si nous en faisons un astre, un support inhospitalier pour la race humaine, celle-ci se trouvera alors en difficulté: des airs d'altruisme et de bons sentiments devant un esprit bien plus calculateur et si animé de la peur de mourir. Le monde des médias se cache bien de nous dire que, derrière de belles images de la nature, nous ne voyons en réalité la planète que comme un simple support; et pour l'instant, nous n'en avons point un autre de substitution.. alors en gros, le message est que la Terre, il faut y faire gaffe pour sauver nos fesses..tel est le message. Notez aussi que nous regrettons les aléas de la nature, ses caprices, tout ce qu'elle nous fait subir; nous voulons de la nature pour ses bienfaits, le soleil et les fleurs, la neige pour aller au ski, pas lorsqu'elle emporte nos villes et nos vies; nous en cherchons donc son contrôle au maximum, et nous serions prêts à dévier un météore qui empêcherait tout nouveau virage évolutif, lequel jadis a probablement permis que nous soyons là aujourd'hui..un météore ou autre cataclysme (éruptions volcaniques, boule de neige etc) d'ailleurs..

Non, nous ne savons pas à quel point nous sommes égoistes, le comble de l'égoisme, notre redoutable instinct de survie, derrière nos airs de sauveurs...comme les colons collonisent en héros..pour aller sauver là-bas!
foutaise..
Ce manque de conscience du comble de l'égoisme est LA nature en personne qui signe notre auto-destruction inéluctable.

Écrit par : Bouscary | 14/02/2010

Répondre à ce commentaire

Très bonne citation! à méditer donc!

Cependant, il ne faut pas s'oublier, sinon, c'est de l'égoisme déguisé envers sa propre persone.

"charité bien ordonnée commence par soi-même" dit-on également; autrement, l'on risque fort de passer sa vie à se méprendre et de passer à côté de ce que l'on est en réalité : "le comble de l'égoiste".

Force est de constater que l'on a jamais eu autant de sollicitations, de pression, de propositions, afin d'aider autrui, et l'on a jamais été aussi égoistes en ce monde; peut être devrait-on se demander si l'on a pas mis la charrue avant les boeufs?

Circonspection et prise de recul oblige, afin de se positionner, de s'introspecter, de s'autoriser qualités et défauts sans se mentir et ensuite... être enfin à même d'aider les autres.

Écrit par : Guy | 14/07/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.